Arts Visuels

Vie et aventures d'Anatoli Zverev

Par ETIENNE BOUCHE

Inauguré en 2015, le musée AZ est dédié à Anatoli Zverev (1931-1986), artiste russe majeur de la seconde moitié du XXe siècle. À la fois peintre et dessinateur, c'est une figure de la vie artistique moscovite non officielle. L’exposition qui lui est actuellement consacrée présente pour la première fois à Moscou les œuvres de la collection de Dimitri Apazidis, l’un des principaux soutiens de l’artiste.

C’est au parc Sokolniki de Moscou que le talent d’Anatoli Zverev est découvert. Au début des années 1950, le jeune artiste vit sans argent et peint déjà de façon prolifique. Il fait alors une rencontre qui sera pour lui déterminante : celle de Georges Costakis, légendaire collectionneur employé à l’ambassade de Grèce. C’est d'ailleurs grâce à cette figure incontournable du Moscou culturel d'alors que Dimitri Apazidis découvre Zverev en 1954. Collectionneur lui aussi, il se passionne vite pour l’artiste dont il possède plus de 1500 œuvres.

« Costakis a commencé à montrer les travaux que Zverev avait apportés avec lui », raconte Georgios Apazidis, fils de Dimitri Apazidis, par ailleurs conservateur de la collection Apazidis. « Costakis et mon père se sont mis à examiner les dessins et les tableaux, ils se regardaient sans se parler. Ils se retournaient parfois sur un Zverev agité, marchant dans l’appartement et qui ne faisait absolument pas attention à eux. Cela était clair, ils venaient de rencontrer un génie. »


Georgios Apazidis, conservateur de la collection Dimitri Apazidis, ici dans une salle du musée AZ de Moscou (Photo DR)

Cette exposition du musée AZ présente 250 œuvres de la collection Apazidis. C’est la première fois que cette collection hébergée à Stockholm (Finlande) est montrée à Moscou. L’exposition retrace les jeunes années de cet artiste dont le talent fut reconnu de son vivant. George Costakis ne tarde pas à le surnommer le "Van Gogh russe" et lui ouvre les portes du milieu artistique non officiel. Son existence d’artiste repose alors uniquement sur le soutien de ses mécènes.


Anatoli Zverev, Autoportrait, 1973 (Collection Dimitri Apazidis).

« A l’époque soviétique, rappelle Polina Lobatchevskaïa, commissaire de l’exposition, la vie des artistes était très difficile, particulièrement pour un jeune inconnu issu de la couche la plus basse de la société. Zverev s’est fait un nom uniquement grâce à son talent et au soutien des gens. C’est ce que nous voulons montrer à travers cette exposition. Le système, tel qu’il était de l’Union soviétique, ne permettait nullement à un individu de ce type de percer. »

Il faut dire qu’Anatoli Zverev ne reçoit aucune commande publique. Comme les autres artistes non officiels, il risque l’accusation de parasitisme social. Sans jamais sortir de l’URSS, il acquiert pourtant une notoriété à l’étranger. En 1960, l’artiste retient même l’attention du magazine Life. Quelques années plus tard, Pablo Picasso le désigne comme « le plus grand des dessinateurs ». Depuis 2015, un musée lui est entièrement dédié à Moscou.


Life Magazine, 1960.

« C’est la cinquième année que nous montons des expositions consacrées à Zverev et à chaque fois, nous montrons de nouvelles œuvres, rappelle Natalia Opaleva, fondatrice du musée AZ. Non seulement Zverev s’exprimait dans différents genres, mais il utilisait des techniques très différentes et parfois tout à fait inattendues. D’une certaine manière, Zverev était un rebelle. Dans sa vie, il n’avait pas de règles, il n’entrait dans aucun cadre et, dans son travail, il utilisait tout ce qu’il avait sous la main. Il pouvait appliquer la peinture avec ses doigts, saupoudrer ses œuvres de farine ou de tabac pour leur donner du relief. C’était un artiste qui avait plusieurs facettes. »

Il faudra attendre la perestroïka pour qu’Anatoli Zverev soit pour la première fois exposé officiellement. En 1984, deux ans avant la mort de l’artiste.


Anatoli Zverev, Horse, 1963, collection Dimitri Apazidis (détail)

Exposition « Vie et aventures d’Anatoli Zverev », jusqu’au 22 mars 2020 au musée AZ,
20-22 2nd Tverskaya-Yamskaya ulitsa, Moscou, Russie.
Ouvert tous les jours (sauf lundi) de 12h à 20h et jusqu'à 21h les mercredi et jeudi.
200 RUB (tarif plein)