Photo Dan Karpinsky

Les gardiens de l'Ermitage

Par La Dame de Pique
Dans les sous-sols du plus grand musée du monde, ils veillent depuis 250 ans sur la collection initiée par Catherine II. Discrets, presque invisibles, des dizaines de chats exercent leur aura sur l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.

Dans l'un des plus anciens bâtiments du musée qui héberge aujourd'hui encore le Théâtre de l’Ermitage, à l’arrière du Palais d’hiver et face à l’impassible Neva, il faut ouvrir une première porte, descendre un petit escalier, franchir une seconde porte puis une autre. Il faut traverser une cour intérieure et choisir une porte en bois sans aucune inscription. Encore quelques marches… À l’orée du couloir, un silence chaud laisse présager qu’ils ne sont plus très loin. Sans doute derrière cette porte grillagée où à première vue rien ne bouge.

Surgit enfin Irina, la quarantaine, coiffée d’un chapeau blanc à la manière des infirmières. Dans une première pièce, la femme indique de petits plastiques bleus qu’il nous faut chausser, pour ne pas salir. Car ici, dans la pièce attenante, « c’est l’hôpital des chats » . Autrement dit, la maison des faibles, des malades, des incontinents, des invalides, ainsi que le laisse supposer cette affectueuse chatte blanche qui rampe jusqu’à nous, sur une patte avant droite anormalement longue et un peu repliée.


Photo Dan Karpinsky

Malgré la rareté des intrusions, on ne peut pas dire que les résidents de la tannière soient très perturbés par cette nouvelle visite. À mesure que l’on avance, des dizaines de chats se découvrent à chaque recoin, lovés dans des paniers douillets ou étendus sur les larges canalisations qui quadrillent la pièce exiguë au dessous du plafond. Sur les murs, des photos de chats, des poèmes dédiés aux félins ; au sol des litières impeccables, de petites niches pour chats, des jeux et des gamelles de croquettes qui ne désemplissent pas.

Venus de Kazan

« Kss kss ksss ! », appelle Irina, qui fait les présentations. « À cette heure-ci de la journée, dit-elle, ils se reposent. Plus tard, ils jouent. L’Ermitage a toujours eu ses chats, sauf pendant le siège de Léningrad… », raconte Irina qui passe chaque jour, bénévolement, six heures à choyer les dizaines d’occupants des caves de l’Ermitage. « Toujours », c’est-à-dire depuis le milieu du XVIIIème siècle, lorsque l’impératrice Elisabeth Ire décida un jour de faire venir des chats de la ville Kazan (capitale de la République du Tatarstan, à quelque 700 km à l’est de Moscou), réputés pour être de bons ratiers, afin d'éloigner les rongeurs de son palais. En 1745, une ordonnance est promulguée par la fille de Pierre-le-Grand : on fera amener des chats domestiqués de la race des bleus russes depuis les bords de la Volga jusque dans son Palais qui hébergera plus tard, à l'initiative de Catherine II, le plus grand musée du monde, dont seuls 5 % des 3 millions d’œuvres sont aujourd’hui exposées.


Photo Dan Karpinsky

« Ces chats (environ 70 au total, ndlr) sont des employés du musée à part entière », poursuit Irina. Et le musée, il est vrai, le leur rend bien : il n’y a qu’à voir la quiétude de chacun et leur embonpoint. Chaque année, à la fin du mois de mars, plus exactement le premier samedi qui suit la fête de Pâques en Russie, un jour des chats de l’Ermitage a même été décrété par le musée. « Cette fête dure en fait deux jours et existe depuis 13 ans », raconte Maria Khaltunen. L’assistante du directeur de l’Ermitage est aussi l’attachée de presse dédiée aux chats. « Au départ, en instituant ce jour des chats, on voulait surtout collecter quelques dons pour leur entretien, se rappelle-t-elle. Aujourd’hui, ce petit événement permet de célébrer les chats de l’Ermitage (qui même ce jour-là restent invariablement tapis dans leur tannière, ndlr). Nous organisons chaque fois un concours avec les écoles pétersbourgeoises dont les élèves préparent des œuvres représentant les chats. Nous en sélectionnons dix qui sont ensuite exposées dans l’entrée du musée. »

Trois bénévoles à temps-plein

« Ce que vous voyez aujourd’hui, c’est le résultat de vingt ans de travail », poursuit la représentante des gardiens à moustache. « Au début, lorsque l’on a commencé, rien n’était organisé. Il y avait bien sûr des chats à l’Ermitage depuis longtemps. Petit à petit, nous nous sommes intéressés au phénomène et avons commencé à nous occuper avec d’autres bénévoles des chats, d’abord de temps en temps et de plus en plus souvent. Chaque membre du personnel du musée est d’ailleurs libre d’apporter son aide aux trois bénévoles qui œuvrent ici quasiment à temps plein. » De là à laisser les bien aimés gardiens du musée monter dans les galeries d’art… « Non, bien sûr, aucun chat ne pénètre dans les salles supérieures du musée, ils risqueraient d’abimer les œuvres, confie Maria Khaltunen. Mais leur présence est écologique et préventive contre les souris. »


Photo Dan Karpinsky

Certains félins, qui ont tous un nom de baptème, sont plus populaires que d’autres. « Il y a quelques années, reprend leur secrétaire particulière, l’un des chats était très apprécié ici par tout le monde : il avait décidé de vivre dans l’entrée principale du musée, et c’est ce qu’il a fait. Chaque institution de Russie a son chat, reconnaît Maria Khaltunen, les musées, les écoles, et même les magasins… On peut citer en exemple la Bibliothèque nationale à Moscou qui compte pas mal de chats, et puis à l’étranger, il y a bien sûr le British Museum, et surtout, il y a les chats de Rome qui ont même leur association. Comme pour les chats romains, le phénomène est tout particulier au musée de l’Ermitage et a acquis une certaine renommée. »

À tel point que les donateurs se font de plus en plus nombreux. Si le musée ne reçoit pas de budget en tant que tel pour entretenir les chats, les dons sont monnaie courante. « Cela peut aller de quelques roubles trouvés au fond d’une poche à beaucoup plus, confie l’attachée de presse. Quand par exemple, le président de l’Académie des sciences nous rend visite, il vient chaque fois avec un gros billet ! », s’exclame-t-elle.

Heureux les chats errants

« Et puis nous avons la chance d’avoir deux importants sponsors, Pro Animalia et, plus récemment, Royal Canin. Tous deux nous fournissent de la nourriture pour chats et du matériel animalier. » Régulièrement, le musée recueille d’ailleurs quelques chats errants de la ville et les intègre à son pool. « Parfois, nous donnons aussi certains chats à des particuliers », précise notre interlocutrice. Non sans vérifier la bienveillance des futurs hôtes : « on vérifie, on demande aussi un retour après avoir donné l’animal. Et bien sûr, nous ne laissons partir que des chats propres et en bonne santé. »

Dans les galeries supérieures de l’Ermitage,  les chats interdits de séjour sont pourtant bien là. « Ils sont en fait partout dans le musée », assure Maria Khaltunen, comme elle montre un félin, puis un autre, tous deux représentés sur les fresques de certaines salles. Comme les chats croisés au sous-sol, les félins imagés ont davantage de l’animal domestique potelé que du chasseur implacable… « Honnêtement, lache leur gardienne, aucun d’entre eux n’attrape de souris ! Mais c’est une belle histoire. »


Photo Dan Karpinsky