Portfolio

Journal de la quarantaine

Par Kseniya Yablonskaya
Journal de la quarantaine, 19 mars 2020, Jour 1 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine,19 mars 2020, Jour 1.

Le confinement n'est pas encore décrété à Moscou mais j'ai pris les devants. 
Journal de la quarantaine, 20 mars 2020, Jour 2 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 20 mars 2020, Jour 2.

Le printemps est à nos portes, c'est une certitude. Pandémie ou pas, quelques travailleurs originaires d'Asie centrale sont occupés à tailler les arbres au pied de mon immeuble.

Journal de la quarantaine, 21 mars 2020, Jour 3 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 21 mars 2020, Jour 3.

Ça y est c'est le printemps. Pour fêter ça, ma copine et moi prenons l'apéro avec notre amie Masha via un appel vidéo Facebook. Masha vit à Ekaterinbourg, la capitale de l'Oural, donc c'est à peu près la seule occasion de trinquer ensemble. Vive le confinement... Et puis si on s'engueule, il suffit de se déconnecter.

Journal de la quarantaine, 22 mars 2020, Jour 4 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 22 mars 2020, Jour 4.

Toujours pas de mesures obligeant la population au confinement à Moscou. Demain peut-être? Aujourd'hui, je me risque à sortir de ma retraite le temps d'aller chercher quelques bonbonnes d'eau minérale au supermarché quelques centaines de mètres plus loin. Sitôt franchi le pas de ma porte d'immeuble, je m'aperçois que les recommandations en matière de distanciation sociale sont néanmoins observées.

Journal de la quarantaine, 23 mars 2020, Jour 5 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 23 mars 2020, Jour 5.

Du bruit dans la cage d'escalier. Quelqu'un monte les quatre étages un à un d'un pas lourd... Je me surprends à patienter, l'œil vissé au judas de ma porte d'entrée, jusqu'à découvrir l'identité du visiteur, telle une digne babouchka, me dis-je. Un long moment plus tard : ce n'est que papi Micha, mon voisin de palier. Me voilà presque aussi rassurée que déçue.

Journal de la quarantaine, 24 mars 2020, Jour 6 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 24 mars 2020, Jour 6.

Ma nièce Lisa étudie en Pologne. Le pays s'est mis en quarantaine et a fermé ses frontières. Récemment, Lisa a eu l'opportunité de rentrer au pays mais a décidé de rester là-bas ; pour deux raisons : elle a peur de ne pas pouvoir revenir à Varsovie ensuite et elle doute par ailleurs être en mesure de rester assise à la maison alors même que la quarantaine n'est pas décrétée dans sa patrie d'origine. Et puis, elle a peur de contaminer sa mère et sa grand-mère peut-être.

Je n'ai plus dix-huit ans comme Lisa, mais aujourd'hui le soleil brille tant et si bien que je n'ai pas le cœur au confinement - mon corps se réveille.

Journal de la quarantaine, 25 mars 2020, Jour 7 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 25 mars 2020, Jour 7.

Jour 7. J'ai réussi à tomber malade - ce n'est pas ce satané Covid-19. Grâce au Dieu de l'internet, je continue à suivre les cours d'Igor Moukhine en ligne, même malade, même confinée. 
Journal de la quarantaine, 26 mars 2020, Jour 8 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 26 mars 2020, Jour 8.

Mon humeur est un peu différente aujourd'hui. Le président Poutine a mis tout le monde en congés à compter de ce lundi et nous a ordonné de rester chez nous. Je sens que la situation ne va pas m'amuser longtemps...

Journal de la quarantaine, 27 mars 2020, Jour 9 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 27 mars 2020, Jour 9.

Vers 16 heures, je me suis risquée à l'extérieur de mon appartement, sur le palier du quatrième, et j'ai tenté d'ouvrir les fenêtres pour laisser entrer le soleil qui, au dehors, brille de plus belle. Tout cela n'est pas sérieux.
Journal de la quarantaine, 28 mars 2020, Jour 10 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 28 mars 2020, Jour 10.

Avec ma copine, nous nous sommes disputées aujourd'hui. Il s'agissait de répondre à la question suivante : deux amis peuvent-ils nous rendre visite à condition de prendre le taxi et de porter chacun un masque? Non seulement tout le monde fait la gueule, mais personne n'est venu. Et personne ne m'aime.

Kseniya Yablonskaya

Née en 1991, Kseniya Yablonskaya est diplomée en marketing de l'Université de management de Minsk (Biélorussie). Aujourd'hui reporter photographe, Kseniya s'est lancée dans la photo en débarquant à Moscou en auto-stop alors qu'elle a dix-huit ans. Depuis, elle travaille comme photographe indépendante en Russie et a rejoint l'équipe de La Dame de Pique au printemps 2015.

Dans la même rubrique :

portfolio

Journal de la quarantaine

Par Kseniya Yablonskaya
Alors que la crise mondiale du coronavirus n'épargne pas Moscou et la Russie, Kseniya Yablonskaya nous propose ses clichés. Retranchée dans son appartement du quartier Babushkinkskaya à Moscou, la photographe entend immortaliser chaque jour qui la sépare de la fin de cette mise en quarantaine.
portfolio

Au fond de moi

Par KSENIYA YABLONSKAYA
Plusieurs semaines durant, la photojournaliste Kseniya Yablonskaya a suivi Sasha et Jenya dans leur quotidien à Moscou. Depuis leur domicile, dans leur intimité diurne, et jusqu'à la nuit tombée, lorsqu'ils se travestissent dans l'enceinte du Central Station, le plus populaire des clubs gay moscovites.
portfolio

Nuits blanches à Moscou

Par KSENIYA YABLONSKAYA
De mi-juin à mi-juillet 2018, la photojournaliste Kseniya Yablonskaya a promené son appareil dans les rues de Moscou pour immortaliser les supporteurs de foot et autres badauds venus du monde entier célébrer le Mondial. Un mois de folie et de fête qui rendaient la capitale russe méconnaissable.
portfolio

Ne parlons pas du communisme

Par IGOR MUKHIN
Dans « Ne parlons pas du communisme », une nouvelle publication des éditions Bergger, Igor Mukhin revient en 42 photographies, dont 27 inédites, sur les turbulentes années Eltsine.
portfolio

36 Vues

Par FYODOR TELKOV
Degtyarsk est une ville de la région d'Ekaterinbourg dans l'Oural de 14 000 habitants. Cette ville minière hier dynamique dépend aujourd'hui des subventions de la région. Aux deux extrémités opposées de la ville, on trouve deux immenses terrils - des tas de roches mortes provenant des mines Kapitalnaya 1 et Kapitalnaya 2.
portfolio

Kolodozero

Par Aleksey Myakishev
Kolodozero est un petit village au bord d’un lac, situé à la frontière de la Carélie et de la région d’Arkhangelsk, au nord-ouest de la Russie. Aleksey Myakishev y a photographié son dernier projet photographique pendant cinq années, de 2011 à 2015.
portfolio

Saagan Sag

Par Elena Anosova
Olkhon est la principale île habitée du lac Baïkal. C'est également le centre touristique de la Sibérie en période estivale. Lieu sacré pour plusieurs religions, en particulier le chamanisme et le bouddhisme, cette île est une zone de peuplement depuis l'ère néolithique. Depuis plusieurs années, pendant les mois d'hiver, Elena Anosova se documente sur la vie quotidienne des populations locales.
portfolio

Russie : dans l'objectif de Reza

Par Reza
La chute de l'URSS a révélé au monde combien ce pays s'était développé au mépris de toute conscience de l'écologie et respect de la vie humaine. Certaines régions sont devenues de vastes poubelles où les enfants naissent mal formés ou décèdent sans raison officielle.
portfolio

Xinaliq

Par Yuri Tyunyagin
Xinaliq : c'est le nom de ce village de montagne perché à 2 350 mètres d'altitude, dans le nord de l'Azerbaïdjan. Ses habitants y ont développé leur propre langue, que l'on ne parle qu'ici. Après la chute de l'URSS, une route a fini par relier Xinaliq au centre du district, après quoi, les autochtones ont craint de voir s'envoler leurs traditions.
portfolio

Les Russies du présent

Par OLIVIER MARCHESI
Démêler le russe du soviétique : un travail photographique dont Olivier Marchesi a vite compris qu'il ne pourrait venir à bout. Une démarche à laquelle il tenait en arrivant en Russie, mais qu'il a fait évoluer tant les temporalités se superposent et se mélangent dans la Russie post-soviétique.

Pages