Portfolio

Journal de la quarantaine

Par Kseniya Yablonskaya
Journal de la quarantaine, 19 mars 2020, Jour 1 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine,19 mars 2020, Jour 1.

Le confinement n'est pas encore décrété à Moscou mais j'ai pris les devants. 
Journal de la quarantaine, 20 mars 2020, Jour 2 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 20 mars 2020, Jour 2.

Le printemps est à nos portes, c'est une certitude. Pandémie ou pas, quelques travailleurs originaires d'Asie centrale sont occupés à tailler les arbres au pied de mon immeuble.

Journal de la quarantaine, 21 mars 2020, Jour 3 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 21 mars 2020, Jour 3.

Ça y est c'est le printemps. Pour fêter ça, ma copine et moi prenons l'apéro avec notre amie Masha via un appel vidéo Facebook. Masha vit à Ekaterinbourg, la capitale de l'Oural, donc c'est à peu près la seule occasion de trinquer ensemble. Vive le confinement... Et puis si on s'engueule, il suffit de se déconnecter.

Journal de la quarantaine, 22 mars 2020, Jour 4 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 22 mars 2020, Jour 4.

Toujours pas de mesures obligeant la population au confinement à Moscou. Demain peut-être? Aujourd'hui, je me risque à sortir de ma retraite le temps d'aller chercher quelques bonbonnes d'eau minérale au supermarché quelques centaines de mètres plus loin. Sitôt franchi le pas de ma porte d'immeuble, je m'aperçois que les recommandations en matière de distanciation sociale sont néanmoins observées.

Journal de la quarantaine, 23 mars 2020, Jour 5 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 23 mars 2020, Jour 5.

Du bruit dans la cage d'escalier. Quelqu'un monte les quatre étages un à un d'un pas lourd... Je me surprends à patienter, l'œil vissé au judas de ma porte d'entrée, jusqu'à découvrir l'identité du visiteur, telle une digne babouchka, me dis-je. Un long moment plus tard : ce n'est que papi Micha, mon voisin de palier. Me voilà presque aussi rassurée que déçue.

Journal de la quarantaine, 24 mars 2020, Jour 6 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 24 mars 2020, Jour 6.

Ma nièce Lisa étudie en Pologne. Le pays s'est mis en quarantaine et a fermé ses frontières. Récemment, Lisa a eu l'opportunité de rentrer au pays mais a décidé de rester là-bas ; pour deux raisons : elle a peur de ne pas pouvoir revenir à Varsovie ensuite et elle doute par ailleurs être en mesure de rester assise à la maison alors même que la quarantaine n'est pas décrétée dans sa patrie d'origine. Et puis, elle a peur de contaminer sa mère et sa grand-mère peut-être.

Je n'ai plus dix-huit ans comme Lisa, mais aujourd'hui le soleil brille tant et si bien que je n'ai pas le cœur au confinement - mon corps se réveille.

Journal de la quarantaine, 25 mars 2020, Jour 7 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 25 mars 2020, Jour 7.

Jour 7. J'ai réussi à tomber malade - ce n'est pas ce satané Covid-19. Grâce au Dieu de l'internet, je continue à suivre les cours d'Igor Moukhine en ligne, même malade, même confinée. 
Journal de la quarantaine, 26 mars 2020, Jour 8 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 26 mars 2020, Jour 8.

Mon humeur est un peu différente aujourd'hui. Le président Poutine a mis tout le monde en congés à compter de ce lundi et nous a ordonné de rester chez nous. Je sens que la situation ne va pas m'amuser longtemps...

Journal de la quarantaine, 27 mars 2020, Jour 9 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 27 mars 2020, Jour 9.

Vers 16 heures, je me suis risquée à l'extérieur de mon appartement, sur le palier du quatrième, et j'ai tenté d'ouvrir les fenêtres pour laisser entrer le soleil qui, au dehors, brille de plus belle. Tout cela n'est pas sérieux.
Journal de la quarantaine, 28 mars 2020, Jour 10 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 28 mars 2020, Jour 10.

Avec ma copine, nous nous sommes disputées aujourd'hui. Il s'agissait de répondre à la question suivante : deux amis peuvent-ils nous rendre visite à condition de prendre le taxi et de porter chacun un masque? Non seulement tout le monde fait la gueule, mais personne n'est venu. Et personne ne m'aime.
Journal de la quarantaine, 29 mars 2020, Jour 11 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 29 mars 2020, Jour 11.

Ça y est, ce qui n'était qu'une recommandation appuyée de l'Etat est en passe de devenir une interdiction totale  : le confinement général est déclaré à Moscou, sauf permission spéciale. Aujourd'hui était le dernier jour pour une petite promenade... Ça tombe mal j'ai trop bu hier.
Journal de la quarantaine, 30 mars 2020, Jour 12 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 30 mars 2020, Jour 12.

C'est le premier jour de la quarantaine totale décrétée par Moscou : il neige. Cela suffira-t-il à dissuader de sortir les fanatiques de barbecue?
Journal de la quarantaine, 31 mars 2020, Jour 13 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 31 mars 2020, Jour 13.

Il se trouve que l'un de mes voisins et moi-même partageons quelque chose : le mur de ma chambre. Lui, c'est le gars russe moyen. Il ne travaille pas, sa femme oui. Il lui hurle dessus, et elle lui répond qu'il la trompe. Il boit beaucoup, c'est clair, ingurgite sans doute d'autres substances selon ses mots à elle (notamment "connard", "salaud", etc.). Ils ont un chien aussi - un petit chien, qui jappe de manière insupportable. Lui, hurle sur le chien aussi, et elle, elle le protège (le chien). Parfois ils s'aiment, et là ça devient un peu gênant. Et puis un jour, il l'a trompé. Elle l'a compris car elle l'a surpris en train d'envoyer un sms à une autre femme. Je ne sais pas ce qu'il y avait dans ce message... Mais il a fallu alerter la police. Même après ça, elle n'a pas déménagé. Le confinement va-t-il finir par remédier à tout ça?

Journal de la quarantaine, 1er avril 2020, Jour 14 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 1er avril 2020, Jour 14.

Le temps passe, de plus en plus lentement... Les détails du quotidien comment à attirer mon attention. Toute mon attention.

 
Journal de la quarantaine, 2 avril 2020, Jour 15 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 2 avril 2020, Jour 15.

Les secours sont venus tout à l'heure. L'ambulance a stoppé au pied de la porte de mon immeuble. Enfin de l'immeuble voisin. Ils sont venus pour lui, l'homme qui vit de l'autre côté du mur de ma chambre. Cette fois, ce n'était pas pour des violences ou parce qu'il hurlait. Enfin je crois. Je l'ai vu sortir d'ici sur la civière depuis mon balcon, le torse nu, nourri de convulsions. Le covid-19 n'est pas responsable de tous les maux.
 

Journal de la quarantaine, 3 avril 2020, Jour 16 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 3 avril 2020, Jour 16.

D'humeur étrange aujourd'hui... Envie de rien. Je me prends à contempler le mur presque blanc de ma chambre. Je le trouve plutôt inspirant voire beau, non?

 

Journal de la quarantaine, 4 avril 2020, Jour 17 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 4 avril 2020, Jour 17.

A mesure que l'isolement s'éternise, mon imagination prend le relais. Tout est prétexte à réflexion et le moindre événement prend tout son sens, aussi minuscule soit-il. Comme un moine retranché loin du tumulte des hommes, j'ai comme les idées de plus en plus claires. Il ne se passe rien ou presque, et ça me rend heureuse.
Journal de la quarantaine, 5 avril 2020, Jour 18 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 5 avril 2020, Jour 18.

Smartphone, ordi, portable... Les notifications commentant le coronavirus et son lots de photos de rues désertées inondent mes appareils électroniques. Je sature déjà. Hâte de publier le dernier volet de ce journal de la quarantaine.

Journal de la quarantaine, 6 avril 2020, Jour 19 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 6 avril 2020, Jour 19.

J'ai lu un article où il était question des animaux de compagnie et du fait qu'ils présentent un stress important lorsque leur maître est toujours à la maison. J'ai cru que ça ne s'appliquait pas à mon chat Maurice, vu que je suis souvent à la maison même en temps normal. Je me suis dit qu'il ne verrait pas la différence en période de confinement. Mais depuis hier soir, on s'est aperçu qu'il ne venait plus dormir avec nous dans le lit et qu'aujourd'hui, il fait tout ce qu'il peut pour ne pas se trouver avec nous dans la même pièce. Pauvre Momo... Ce n'est tout simplement pas possible. L'appartement est trop petit.

Journal de la quarantaine, 7 avril 2020, Jour 20 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 7 avril 2020, Jour 20.

Tout comme les animaux de compagnie, les humains ont besoin de leur petit espace à eux au bout de quelque temps...

Journal de la quarantaine, 8 avril 2020, Jour 21 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 8 avril 2020, Jour 21.

En ces temps de confinement, mieux vaut être en bons termes avec ses voisins.
Journal de la quarantaine, 9 avril 2020, Jour 22 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 9 avril 2020, Jour 22.

Quel terrible mot que celui de procrastination.
Journal de la quarantaine, 10 avril 2020, Jour 23 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 10 avril 2020, Jour 23.

Qui peut dire ce que sera le monde d'après? Demain, nous le savons tous, ne sera jamais plus différent d’hier qu’aujourd’hui. Vite, faites que ce confinement se termine, avant que je ne vide mon second et dernier pot de moutarde française!

 
Journal de la quarantaine, 11 avril 2020, Jour 24 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 11 avril 2020, Jour 24.

À Moscou, le confinement semble bien respecté dans l'ensemble. À la nuit tombée, les lumières jaillissent des immeubles à tous les étages. Et dire que nous avons tous rêvé de passer plus de temps chez nous, à l'abri, auprès de nos proches, dans notre petit nid douillet... Et que maintenant, nous rêvons de nous en extraire, de nous enfuir, de regagner notre liberté.

Journal de la quarantaine, 12 avril 2020, Jour 25 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 12 avril 2020, Jour 25.

Je vois la vie en rose, ou presque.

 
Journal de la quarantaine, 13 avril 2020, Jour 26 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 13 avril 2020, Jour 26.

Un jour comme les autres. Au programme : ménage, nettoyage du linge, des draps, des serviettes de douche et... des masques réutilisables. 

Journal de la quarantaine, 14 avril 2020, Jour 27 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 14 avril 2020, Jour 27.

Aujourd'hui, Nastya a reçu un appel du boulot. On lui donne le choix entre deux options : prendre un congé sans solde tout le mois d'avril (et plus, en cas de prolongement du confinement) ou être rémunérée uniquement les quinze premiers jours de ce mois-ci sans demander son reste... Le Covid-19 est finalement entré dans notre maison.

Journal de la quarantaine, 15 avril 2020, Jour 28 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 15 avril 2020, Jour 28.

Les nouvelles d'hier ont laissé des traces.
Journal de la quarantaine, 16 avril 2020, Jour 29 © Kseniya Yablonskaya

Journal de la quarantaine, 16 avril 2020, Jour 29.

J'essaie de trouver des solutions aux problèmes qui me paraissent essentiels, tout en m'efforçant de faire abstraction de ce qu'il adviendra par la suite. Je croyais que j'étais capable de faire face vaillamment à la situation, mais force est d'admettre que je suis déjà épuisée.

 
Journal de la quarantaine, 17 avril 2020, Jour 30.

Journal de la quarantaine, 17 avril 2020, Jour 30.

Je ne sais pas quoi écrire. J'ai mal dormi. Nastya est allée au bureau aujourd'hui, signer tous les papiers. Elle est virée. Ce soir nous sommes tristes, et tellement fatiguées.

 
Journal de la quarantaine, 18 avril 2020, Jour 31.

Journal de la quarantaine, 18 avril 2020, Jour 31.

Ici à Moscou, on se prépare à fêter Pâques. J'utilise des pelures d'oignons pour colorer les œufs.

 
Journal de la quarantaine, 19 avril 2020, Jour 32.

Journal de la quarantaine, 19 avril 2020, Jour 32.

Joyeuses Pâques à tous !
Journal de la quarantaine, 20 avril 2020, Jour 33.

Journal de la quarantaine, 20 avril 2020, Jour 33.

Encouragée à le faire par son avocat, Nastya a notifié une réclamation à son ex-employeur.  Le voici submergé par la colère. La guerre a commencé.

Journal de la quarantaine, 21 avril 2020, Jour 34.

Journal de la quarantaine, 21 avril 2020, Jour 34.

Ma mère m'a conseillé d'avoir une activité manuelle pour ne pas tomber dans la frustration. Elle m'a suggéré, par exemple, de vider mon armoire pour la remplir de nouveau sans que rien ne dépasse des étagères. Du coup, aujourd'hui, on a préparé des varenikis, fourrés aux pommes de terre, aux champignons et au chou.

Journal de la quarantaine, 22 avril 2020, Jour 35.

Journal de la quarantaine, 22 avril 2020, Jour 35.

À travers la photographie, ce sont les histoires que l'on raconte qui m'ont toujours intéressées. En période de confinement, il n' y en a pas tant que cela à raconter, d'histoires. Me voilà tout à coup confrontée à une nouvelle expérience qui s'avère passionnante - raconter ma propre histoire.

Journal de la quarantaine, 23 avril 2020, Jour 36.

Journal de la quarantaine, 23 avril 2020, Jour 36.

Aujourd'hui, nous nous sommes mutilées l'une et l'autre. Ces murs, ces chaises... Ce silence.

Journal de la quarantaine, 24 avril 2020, Jour 37.

Journal de la quarantaine, 24 avril 2020, Jour 37.

Journée nettoyage! Grâce au confinement, nous avons finalement réalisé ce que nous nous promettions de faire depuis un an.

Journal de la quarantaine, 25 avril 2020, Jour 38.

Journal de la quarantaine, 25 avril 2020, Jour 38.

On a fait les courses pour les deux semaines qui viennent. J'ai un doute sur le vin. Je veux dire, j'ai un doute sur le fait que l'on ait prévu assez de bouteilles pour ladite période.

Journal de la quarantaine, 26 avril 2020, Jour 39.

Journal de la quarantaine, 26 avril 2020, Jour 39.

Notre monde est devenu une énorme plateforme connectée. Il se déroule telle une interminable grille de pixels... Quand tout sera fini et que nous nous retrouverons, allons-nous nous étreindre, nous toucher et nous embrasser de nouveau? On n'oubliera pas, n'est-ce pas?

Journal de la quarantaine, 27 avril 2020, Jour 40.

Journal de la quarantaine, 27 avril 2020, Jour 40.

Soirée en solo.

 
Journal de la quarantaine, 28 avril 2020, Jour 41.

Journal de la quarantaine, 28 avril 2020, Jour 41.

Nous on danse, vu qu'on peut.

Journal de la quarantaine, 29 avril 2020, Jour 42.

Journal de la quarantaine, 29 avril 2020, Jour 42.

C'est la vie.

 
Journal de la quarantaine, 30 avril 2020, Jour 43.

Journal de la quarantaine, 30 avril 2020, Jour 43.

Quelque chose d'incroyable s'est produit. Ma mère m'a envoyé un sms : elle aime mes photos! À cet instant précis, j'ai juste envie de me laisser tomber sur mes deux genoux façon Freddie Mercury.

Journal de la quarantaine, 1er mai 2020, Jour 44.

Journal de la quarantaine, 1er mai 2020, Jour 44.

J'ai décidé de faire du tri dans ma collection de boites d'allumettes. On y trouve des boites d'allumettes spéciales collector, des boites en argent, d'autres en pierre, des allumettes du début du siècle dernier... Et puis aussi beaucoup de boites basiques et contemporaines. Je me suis aperçue aujourd'hui que pour un grand nombre d'entres elles, les boites les plus simples donc, elles avaient maintenant une toute nouvelle signification... J'ai retrouvé des boites d'allumettes Balabanov (la grande usine de bois russe) décorées de symboles de l'Ukraine ou encore des allumettes qui font la publicité de marques de cigarettes que l'on ne peut aujourd'hui se procurer que sur les marchés aux puces. Aussi, je suis tombée sur tout un tas de boites provenant de restaurants et de cafés, ces mêmes établissements qui ont arrêté de distribuer des allumettes à leur effigie et où il est désormais impossible de fumer en intérieur. Sans compter que beaucoup de ces cafés ont cessé d'exister depuis de nombreuses années. Ou, peut-être, fermeront très bientôt.

Journal de la quarantaine, 2 mai 2020, Jour 45.

Journal de la quarantaine, 2 mai 2020, Jour 45.

Toutes nos conversations entre amis tournent désormais autour du coronavirus. Aujourd'hui, mon ami et moi nous sommes fait la réflexion que la quarantaine avait déjà duré assez longtemps pour devenir une sorte d'habitude. C'est terrible de s'en débarrasser, ce genre d'habitudes, c'est nocif et douloureux. Mais en même temps, on a l'impression d'avoir oublié ce que c'est que de vivre comme avant. Et quand le sacro-saint jour de déconfinement viendra et que nous pourrons sortir, où irons-nous?

Journal de la quarantaine, 3 mai 2020, Jour 46.

Journal de la quarantaine, 3 mai 2020, Jour 46.

Aujourd'hui, c'était la première journée chaude de l'année, annonciatrice de la période estivale à venir. Les habitants en ont profité pour investir les balcons en famille, se réchauffer au soleil, se répandre en sourires. Et puis soudain, le ciel s'est assombri et la pluie s'est abattue sur nous. Les cinq étages de nos immeubles ont commencé à trembler sous l'assaut du tonnerre et des nuages ​​de plomb. C'était magnifique.

Journal de la quarantaine, 4 mai 2020, Jour 47.

Journal de la quarantaine, 4 mai 2020, Jour 47.

Ne dit-on pas que le Diable se cache dans les détails?
Journal de la quarantaine, 5 mai 2020, Jour 48.

Journal de la quarantaine, 5 mai 2020, Jour 48.

Après être venue à bout d'une certaine couche de poussière, je reprends la route. Eh oui, j'adore faire la course. Soit dit en passant, ce joli joujou m'a été offert par Caroline il y a quatre ans. Dans la boutique informatique où elle a demandé conseil pour se procurer ledit volant, le vendeur lui a dit :  "Oui bien sûr! Quel âge a votre enfant? - ... Mon enfant a 24 ans." Les années passent, les habitudes restent.

Journal de la quarantaine, 6 mai 2020, Jour 49.

Journal de la quarantaine, 6 mai 2020, Jour 49.

Voici venu le temps de ranger les vestes d'hiver dans l'armoire. Pas même l'occasion de sortir celles de printemps... On enfilera sans doute directement nos shorts d'été!

Journal de la quarantaine, 7 mai 2020, Jour 50.

Journal de la quarantaine, 7 mai 2020, Jour 50.

Bon anniversaire.

Journal de la quarantaine, 8 mai 2020, Jour 51.

Journal de la quarantaine, 8 mai 2020, Jour 51.

Aujourd'hui, il ne s'est rien passé. J'ai vécu la même journée que celle de mon chat : j'ai passé la journée allongée, j'ai mangé et toutes les choses très basiques du quotidien.

Journal de la quarantaine, 9 mai 2020, Jour 52.

Journal de la quarantaine, 9 mai 2020, Jour 52.

9 mai : les pays de l'ex-espace soviétique célèbrent le Jour de la Victoire. Devant leur petit écran.
 

Journal de la quarantaine, 10 mai 2020, Jour 53.

Journal de la quarantaine, 10 mai 2020, Jour 53.

La pandémie a divisé les gens en deux camps. Tout comme l'avaient fait des questions telles que : "à qui appartient la Crimée?", "pour qui avez-vous voté?", "croyez-vous en Dieu?"...  Désormais, le débat tourne autour de la dangerosité réelle que représente ce virus bien connu mondialement : un virus aujourd'hui en mesure de briser des familles, de gâcher des amitiés. En attendant, nous voilà comme des harengs partageant le même bocal.

Journal de la quarantaine, 11 mai 2020, Jour 54.

Journal de la quarantaine, 11 mai 2020, Jour 54.

Est-ce que quelqu'un a compris quelque chose au discours de notre président? Il parle maintenant de retourner au travail dès le 12 mai... Mais de qui parle-t-il? Des usines? De toute la population? Est-ce "déjà" la fin de ce journal de la quarantaine?
Journal de la quarantaine, 12 mai 2020, Jour 55.

Journal de la quarantaine, 12 mai 2020, Jour 55.

Le kit obligatoire pour sortir de la maison. Pour la première fois, l'épicier m'a regardé sans me gratifier de son sourire indulgent. Il s'est aussi plaint des gants qu'il doit maintenant porter, et qui font que ses mains transpirent beaucoup.

Journal de la quarantaine, 13 mai 2020, Jour 56.

Journal de la quarantaine, 13 mai 2020, Jour 56.

Très franchement, j'ai comme l'impression que quelqu'un a soudainement éteint la lumière. Enfin bon, ça va passer.

Journal de la quarantaine, 14 mai 2020, Jour 57.

Journal de la quarantaine, 14 mai 2020, Jour 57.

Début mai, le Multimedia Art Museum of Moscow (MAMM) a organisé un flashmob - #цветы_врачам (#flowers_to_doctors) visant à aider et à soutenir les personnels médicaux en lutte contre la pandémie. Au premier étage de l'immeuble d'en face se trouve justement un cabinet médical. Depuis quelques semaines, des gens sortent de là dans des sarcophages blancs. Merci à vous tous qui vous battez pour nos vies.
 

Journal de la quarantaine, 15 mai 2020, Jour 58.

Journal de la quarantaine, 15 mai 2020, Jour 58.

La journée touche à sa fin. Nastya, aidée de son avocat, a déposé une plainte. J'ai signé mon premier contrat photo dans le cadre d'un projet artistique. La joie et l'anxiété ont fusionné en une seule et même journée. Tout se met en mouvement. Tout ce qui est négatif disparaîtra au profit d'un avenir glorieux.

Journal de la quarantaine, 16 mai 2020, Jour 59.

Journal de la quarantaine, 16 mai 2020, Jour 59.

Aujourd'hui, avec Olga Sviblova, nous avons parlé du monde connecté et de notre futur d'artiste. De nos jours, un portrait ne peut ressembler qu'à celui-là.

Journal de la quarantaine, 17 mai 2020, Jour 60.

Journal de la quarantaine, 17 mai 2020, Jour 60.

On dit que l'on mesure une relation amoureuse à ses moments heureux. Il me semble qu'après toute cette adversité et soixante jours d'isolement dans 50 m2, nous nous accommoderons du bonheur.

Journal de la quarantaine, 18 mai 2020, Jour 61.

Journal de la quarantaine, 18 mai 2020, Jour 61.

Mes passe-temps favoris en quarantaine : aller sur le balcon, ouvrir le frigo et tourmenter le chat.

 
Journal de la quarantaine, 19 mai 2020, Jour 62.

Journal de la quarantaine, 19 mai 2020, Jour 62.

Fièvre de la quarantaine. J'entrevois les start-up du futur.

Journal de la quarantaine, 20 mai 2020, Jour 63.

Journal de la quarantaine, 20 mai 2020, Jour 63.

Ils ont annoncé que le confinement serait prolongé. Mais ils n'ont pas dit pour combien de temps.

 
Journal de la quarantaine, 21 mai 2020, Jour 64.

Journal de la quarantaine, 21 mai 2020, Jour 64.

Derrière la fenêtre, tout va bien.
Journal de la quarantaine, 22 mai 2020, Jour 65.

Journal de la quarantaine, 22 mai 2020, Jour 65.

Youtube, réseaux sociaux, Zoom... Tout ça ne suffit plus à nous remplir. Je suis même fatiguée de moi-même...

Journal de la quarantaine, 23 mai 2020, Jour 66.

Journal de la quarantaine, 23 mai 2020, Jour 66.

Dans tous les cas...
Journal de la quarantaine, 24 mai 2020, Jour 67.

Journal de la quarantaine, 24 mai 2020, Jour 67.

Voilà.

Journal de la quarantaine, 25 mai 2020, Jour 68.

Journal de la quarantaine, 25 mai 2020, Jour 68.

Ce ne sont pas de bars ou de cafés dont je rêve. Et l'idée des longues discussions tenues dans la cuisine ne provoque pas chez moi le moindre petit pincement au cœur. Non je ne veux rien d'autre que m'écrouler dans l'herbe en entrainant dans ma chute mes proches que je n'ai pu embrasser depuis si longtemps. M'étendre avec eux, respirer.
 

Kseniya Yablonskaya

Née en 1991, Kseniya Yablonskaya est diplomée en marketing de l'Université de management de Minsk (Biélorussie). Aujourd'hui reporter photographe, Kseniya s'est lancée dans la photo en débarquant à Moscou en auto-stop alors qu'elle a dix-huit ans. Depuis, elle travaille comme photographe indépendante en Russie et a rejoint l'équipe de La Dame de Pique au printemps 2015.

Dans la même rubrique :

portfolio

Journal de la quarantaine

Par Kseniya Yablonskaya
Alors que la crise mondiale du coronavirus n'épargne pas Moscou et la Russie, Kseniya Yablonskaya nous propose ses clichés. Retranchée dans son appartement du quartier Babushkinkskaya à Moscou, la photographe entend immortaliser chaque jour qui la sépare de la fin de cette mise en quarantaine.
portfolio

Au fond de moi

Par KSENIYA YABLONSKAYA
Plusieurs semaines durant, la photojournaliste Kseniya Yablonskaya a suivi Sasha et Jenya dans leur quotidien à Moscou. Depuis leur domicile, dans leur intimité diurne, et jusqu'à la nuit tombée, lorsqu'ils se travestissent dans l'enceinte du Central Station, le plus populaire des clubs gay moscovites.
portfolio

Nuits blanches à Moscou

Par KSENIYA YABLONSKAYA
De mi-juin à mi-juillet 2018, la photojournaliste Kseniya Yablonskaya a promené son appareil dans les rues de Moscou pour immortaliser les supporteurs de foot et autres badauds venus du monde entier célébrer le Mondial. Un mois de folie et de fête qui rendaient la capitale russe méconnaissable.
portfolio

Ne parlons pas du communisme

Par IGOR MUKHIN
Dans « Ne parlons pas du communisme », une nouvelle publication des éditions Bergger, Igor Mukhin revient en 42 photographies, dont 27 inédites, sur les turbulentes années Eltsine.
portfolio

36 Vues

Par FYODOR TELKOV
Degtyarsk est une ville de la région d'Ekaterinbourg dans l'Oural de 14 000 habitants. Cette ville minière hier dynamique dépend aujourd'hui des subventions de la région. Aux deux extrémités opposées de la ville, on trouve deux immenses terrils - des tas de roches mortes provenant des mines Kapitalnaya 1 et Kapitalnaya 2.
portfolio

Kolodozero

Par Aleksey Myakishev
Kolodozero est un petit village au bord d’un lac, situé à la frontière de la Carélie et de la région d’Arkhangelsk, au nord-ouest de la Russie. Aleksey Myakishev y a photographié son dernier projet photographique pendant cinq années, de 2011 à 2015.
portfolio

Saagan Sag

Par Elena Anosova
Olkhon est la principale île habitée du lac Baïkal. C'est également le centre touristique de la Sibérie en période estivale. Lieu sacré pour plusieurs religions, en particulier le chamanisme et le bouddhisme, cette île est une zone de peuplement depuis l'ère néolithique. Depuis plusieurs années, pendant les mois d'hiver, Elena Anosova se documente sur la vie quotidienne des populations locales.
portfolio

Russie : dans l'objectif de Reza

Par Reza
La chute de l'URSS a révélé au monde combien ce pays s'était développé au mépris de toute conscience de l'écologie et respect de la vie humaine. Certaines régions sont devenues de vastes poubelles où les enfants naissent mal formés ou décèdent sans raison officielle.
portfolio

Xinaliq

Par Yuri Tyunyagin
Xinaliq : c'est le nom de ce village de montagne perché à 2 350 mètres d'altitude, dans le nord de l'Azerbaïdjan. Ses habitants y ont développé leur propre langue, que l'on ne parle qu'ici. Après la chute de l'URSS, une route a fini par relier Xinaliq au centre du district, après quoi, les autochtones ont craint de voir s'envoler leurs traditions.
portfolio

Les Russies du présent

Par OLIVIER MARCHESI
Démêler le russe du soviétique : un travail photographique dont Olivier Marchesi a vite compris qu'il ne pourrait venir à bout. Une démarche à laquelle il tenait en arrivant en Russie, mais qu'il a fait évoluer tant les temporalités se superposent et se mélangent dans la Russie post-soviétique.

Pages