Portfolio

Rouge babouchka

Par Arnaud Finistre
Elle a entre 60 et 90 ans, est habituellement cantonnée aux fourneaux et cultive une hospitalité légendaire. En l'espace de deux élections, la babouchka russe a décidé de donner de la voix pour empêcher Poutine de retourner au Kremlin. Quatre mois après son élection contestée, le mouvement de protestation a mobilisé même celles que l'on croyait condamnées à se taire. Babouchkas d'intérieur discrètement dissidentes ou babouchkas des rues chargées de pancartes flanquées de slogans rageurs, elles ont voté Prokhorov, Ziouganov, Mironov, sont parfois nostalgiques de l'URSS qui leur a permis d'étudier gratuitement. Mais les « hommes forts », elles en ont soupé. Les babouchkas contemporaines veulent qu'on leur rende leurs élections. Au-delà des considérations politiques, une brèche s'est ouverte dans cette société machiste : la respectée babouchka, souvent veuve et cultivée, n'est plus seulement bonne à cuisiner des pirojkis ou à bêcher le potager de sa datcha (maison de campagne). Elle s'assume, elle proteste, elle ne compte que sur elle-même et sur une retraite qui n'excède pas 10 000 roubles (moins de 250 euros). Et si l'émancipation de la femme russe allait venir de ces grand-mères qui n'ont jamais eu leur mot à dire ?

Arnaud Finistre

Arnaud Finistre réside à Dijon, en Bourgogne, lorsqu'il ne parcourt pas le monde. À 38 ans, ce reporter photographe a immortalisé la dissidence birmane aussi bien que les premières heures de l'ère post-Moubarak ou encore la guerre en Libye. Son travail a notamment été publié dans les pages du Monde, Paris Match, Les Inrockuptibles ou encore Libération. Cette fois, ses pas l'ont mené en Ukraine, à Kiev, à la fin du mois de novembre.

Dans la même rubrique :

portfolio

Au fond de moi

Par KSENIYA YABLONSKAYA
Plusieurs semaines durant, la photojournaliste Kseniya Yablonskaya a suivi Sasha et Jenya dans leur quotidien à Moscou. Depuis leur domicile, dans leur intimité diurne, et jusqu'à la nuit tombée, lorsqu'ils se travestissent dans l'enceinte du Central Station, le plus populaire des clubs gay moscovites.
portfolio

Nuits blanches à Moscou

Par KSENIYA YABLONSKAYA
De mi-juin à mi-juillet 2018, la photojournaliste Kseniya Yablonskaya a promené son appareil dans les rues de Moscou pour immortaliser les supporteurs de foot et autres badauds venus du monde entier célébrer le Mondial. Un mois de folie et de fête qui rendaient la capitale russe méconnaissable.
portfolio

Ne parlons pas du communisme

Par IGOR MUKHIN
Dans « Ne parlons pas du communisme », une nouvelle publication des éditions Bergger, Igor Mukhin revient en 42 photographies, dont 27 inédites, sur les turbulentes années Eltsine.
portfolio

36 Vues

Par FYODOR TELKOV
Degtyarsk est une ville de la région d'Ekaterinbourg dans l'Oural de 14 000 habitants. Cette ville minière hier dynamique dépend aujourd'hui des subventions de la région. Aux deux extrémités opposées de la ville, on trouve deux immenses terrils - des tas de roches mortes provenant des mines Kapitalnaya 1 et Kapitalnaya 2.
portfolio

Kolodozero

Par Aleksey Myakishev
Kolodozero est un petit village au bord d’un lac, situé à la frontière de la Carélie et de la région d’Arkhangelsk, au nord-ouest de la Russie. Aleksey Myakishev y a photographié son dernier projet photographique pendant cinq années, de 2011 à 2015.
portfolio

Saagan Sag

Par Elena Anosova
Olkhon est la principale île habitée du lac Baïkal. C'est également le centre touristique de la Sibérie en période estivale. Lieu sacré pour plusieurs religions, en particulier le chamanisme et le bouddhisme, cette île est une zone de peuplement depuis l'ère néolithique. Depuis plusieurs années, pendant les mois d'hiver, Elena Anosova se documente sur la vie quotidienne des populations locales.
portfolio

Russie : dans l'objectif de Reza

Par Reza
La chute de l'URSS a révélé au monde combien ce pays s'était développé au mépris de toute conscience de l'écologie et respect de la vie humaine. Certaines régions sont devenues de vastes poubelles où les enfants naissent mal formés ou décèdent sans raison officielle.
portfolio

Xinaliq

Par Yuri Tyunyagin
Xinaliq : c'est le nom de ce village de montagne perché à 2 350 mètres d'altitude, dans le nord de l'Azerbaïdjan. Ses habitants y ont développé leur propre langue, que l'on ne parle qu'ici. Après la chute de l'URSS, une route a fini par relier Xinaliq au centre du district, après quoi, les autochtones ont craint de voir s'envoler leurs traditions.
portfolio

Les Russies du présent

Par OLIVIER MARCHESI
Démêler le russe du soviétique : un travail photographique dont Olivier Marchesi a vite compris qu'il ne pourrait venir à bout. Une démarche à laquelle il tenait en arrivant en Russie, mais qu'il a fait évoluer tant les temporalités se superposent et se mélangent dans la Russie post-soviétique.
portfolio

Barentsbourg, ville russe au beau milieu de la Norvège arctique

Par LÉO DELAFONTAINE
La mystérieuse ville de Barentsbourg s’est construite au rythme de l’histoire de l’URSS. Située dans la Norvège arctique, à 3 000 km de Moscou, elle semble ancrée dans une étrange atmosphère postsoviétique. Le photographe Léo Delafontaine est parti à la découverte de l’histoire et des habitants de cette étrange contrée.

Pages