Portfolio

Saagan Sag

Par Elena Anosova

Un phare. Sur le lac Baïkal, la navigation est multiple : voile de loisir, navires de transports de passagers ou de marchandises… Il se produit parfois des tempêtes provoquant des vagues de deux mètres de haut voire plus. D'autres fois, c'est plus rare, un brouillard très épais se forme.

La défunte flotte de l'usine de poissons. Cette usine fonctionne aujourd'hui encore, à 5% de ses capacités.

Initialement, ces piquets étaient utilisés pour attacher les chevaux harnachés. En bouriate, cela s'appelle "sèrguè". C'est aussi un lieu chamanique, appelé "boukhan", où les esprits reviennent. Les rubans qui y sont attachés sont comme des fleurs qui ornent les tombes. Il n'est pas rare de voir également de la nourriture, des cigarettes, de la vodka...

La manche à air de l'aéroport d'Olkhon. Il existe également une petite salle pour les passagers, abritée dans une maison de bois. Depuis 50 ans, l'aéroport est géré par le même directeur.

Sous l'URSS, cette citerne alimentait une petite station électrique, dédiée à de petites usines.

Ce père et son fils portent les habits cosaques. Les cosaques ont colonisés la Sibérie et sont arrivés sur Olkhon au XIXème siècle. Du temps de l'URSS, la tradition s'est estompée. Aujourd'hui la Russie connaît un renouveau de l'identité cosaque.

Vestige de l'URSS. Dans ce bâtiment, les canalisations de "l'usine de poisson de la petite mer" sont accessibles.

À partir de mi-janvier, la solution pour abreuver les vaches consiste à creuser un trou dans la glace.

Cette aire de jeux pour enfants a été construite il y a cinq ans par l'Etat. C'est la seule sur l'île d'Olkhon. Les enfants qui vivent sur l'île à l'année en profitent parfois, mais elle fait surtout la joie des enfants des touristes, nombreux en été.

À Olkhon, il y a deux règles à respecter. La première : ne jamais vendre sa terre. La seconde : ne jamais construire sur le sommet d'une colline. Cette maison dons les fondations ont été posées voilà 5 ans par un habitant d'Olkhon n'est toujours pas terminée.

Une tombe. La glace s'est ouverte sous les roues d'une voiture conduite par de jeunes Bouriates. Chaque année en janvier, sur le lac Baïkal, ce genre d'accidents se produisent.

Sur l'île d'Olkhon soufflent deux vents très forts, qui arrachent quelquefois les toits des maisons. Les arbres d'Olkhon sont sculptés par ces vents.

La loi interdit de construite à moins de 100 mètres du lac. Les premiers investisseurs qui ont construit cette base touristique, qui s'appelle le Fortin du Baikal, ne sont pas connus des habitants d'Olkhon. Il y a dix ans, l'île d'Olkhon n'était pas entièrement électrifiée.

Elena Anosova

Originaire de la région du lac Baikal, Elena Anosova (née en 1983), qui se décrit plus volontiers comme artiste que comme photographe, se partage aujourd'hui entre Moscou et Irkoutsk. Sa première série photographique Saagan Sag, réalisée sur l'île d'Olkhon, a été primée en 2015 à la biennale photo de Kaliningrad dans la catégorie documentaire.

Dans la même rubrique :

portfolio

Rouge babouchka

Par ARNAUD FINISTRE
Elle a entre 60 et 90 ans, est habituellement cantonné aux fourneaux et cultive une hospitalité légendaire. En l'espace de deux élections, la babouchka russe a décidé de donner de la voix pour empêcher Poutine de retourner au Kremlin. Quatre mois après son élection contestée, le mouvement de protestation a mobilisé même celles que l'on croyait condamnées à se taire.

Pages